Appel à la solidarité avec l’Egypte: défendons la révolution !

Posted: novembre 8th, 2011 | Author: | Filed under: Pays arabes, palestine | No Comments »

[Ce communiqué a été écrit le 4 novembre 2011 par le Mouvement Contre les Procès Militaires faits au Civils]

Une lettre du Caire aux mouvements d’occupation, de décolonisation et aux autres mouvements de solidarité.

Après trois décennies de quotidien sous une dictature, les égyptien-ne-s ont lancé une révolution réclamant pain, liberté et justice sociale. Après une occupation presque rêvée de la place Tahrir pendant dix-huit jours, nous nous sommes débarrassé-e-s de Moubarak et avons entamé la deuxième, et plus difficile, tâche de démanteler ses instruments de pouvoir. Moubarak n’est plus là, mais le régime militaire se poursuit. Donc la révolution continue, en maintenant la pression, en s’appropriant les rues et en revendiquant le droit à contrôler nos vies et nos moyens d’existence contre des systèmes de répression qui nous ont oppressés pendant des années. Mais à cet instant, alors qu’elle vient à peine de commencer, la révolution est attaquée. Nous écrivons cette lettre pour vous parler de ce à quoi nous assistons, de ce que nous comptons faire pour résister à cette offensive, et pour vous appeler à être solidaires avec nous.

Le 25 et le 28 janvier, le 11 février, vous étiez là lors de ces journées, vous les avez vécu avec nous à la télévision. Mais nous avons dû nous battre le 25 février, le 9 mars, le 9 avril, le 15 mai, le 28 juin, le 23 juillet, le 1er août, le 9 septembre et le 9 octobre. Jour après jour, l’armée nous a attaqué-e-s, frappé-e-s, arrêté-e-s et tué-e-s. Nous avons résisté, nous avons continué. Nous avons parfois perdu, nous avons parfois gagné, mais toutes ces luttes ont eu un prix. Plus d’un millier de personnes ont donné leurs vies pour renverser Moubarak. Beaucoup d’autres sont morts depuis qu’il n’est plus au  pouvoir. Nous continuons la lutte afin que leurs morts n’aient pas été inutiles. Des personnes comme Ali Maher (un manifestant de 15 ans tué par l’armée place Tahrir, le 9 avril), Atef Yehia (abattu d’une balle dans la tête par la police lors d’une manifestation de solidarité avec la Palestine, le 15 mai), Mina Danial (abattue par la police dans une manifestation devant Maspero, le 9 octobre). Mina Daniel a eu, après sa mort, à subir l’affront pervers de se retrouver sur la liste des accusé-e-s lors d’un procès militaire.

Plus encore, depuis que la junte militaire a pris le pouvoir, plus de 12000 d’entre nous ont été poursuivi-e-s par des tribunaux militaires sans avoir le droit de faire citer des témoins et avec un accès très limité à des avocats. Des mineurs sont incarcéré-e-s dans des prisons pour adultes, des condamnations à mort ont été prononcées, la torture est partout. Les manifestantes sont soumises à des « test de virginité » qui sont de réelles agressions sexuelles.

Le 9 octobre, l’armée a massacré vingt-huit d’entre nous devant Maspero: ils nous ont roulé dessus avec des chars et nous ont tiré dessus dans la rue tandis qu’ils utilisaient les médias officiels pour atiser des affrontements inter-confessionnels. Tout ça a été censuré. C’est l’armée qui enquête sur elle-même. Elle attaque systématiquement celles et ceux qui osent parler. Dimanche dernier, notre camarade le blogueur Alaa Abd El-Fattah a été emprisonné à cause d’allégations bidonnées. Ce soir, il va passer une nouvelle nuit dans une cellule sans lumière.

Tout ceci nous vient de l’armée qui est supposée assurer une transition vers la démocratie, qui prétend défendre la révolution, et qui a réussi à faire croire à beaucoup de monde, en Égypte et au-delà, qu’elle défendait effectivement cette révolution. La ligne officielle est celle de la « stabilité » et des promesses sans lendemains, celle qui dit que l’armée essaie simplement de créer un environnement serein pour les élections. Mais même après l’élection du nouveau parlement, nous vivrons toujours sous le joug d’une junte militaire qui contrôle le pouvoir législatif, exécutif et judiciaire, sans aucune garantie que ce régime prenne fin un jour. Celles et ceux qui contestent cette réalité sont harcelé-e-s, arrêté-e-s et torturé-e-s. Les procès militaires faits aux civils sont l’outil principal de cette répression. Les prisons sont pleines des victimes de cette « transition« .

A partir de maintenant, nous refusons de coopérer avec les enquêtes et les procès militaires. Nous ne nous livrerons pas à cette justice, nous ne répondrons pas aux questions qu’elle pourrait nous poser. S’il nous veulent, ils devront venir nous chercher dans nos maisons et dans nos lieux de travail.

Neuf mois depuis le début de cette nouvelle répression militaire, nous nous battons toujours pour notre révolution. Nous manifestons, nous occupons, nous faisons la grève, nous bloquons. Vous aussi, vous manifestez, vous occupez, vous faites la grève et vous bloquez. Avec le déferlement de soutien que nous avons reçu en janvier, nous avons vu que le monde nous regardait attentivement et était inspiré par notre révolution. En janvier, nous nous sommes senti-e-s plus proche de vous que nous ne l’avions jamais été auparavant. Maintenant, c’est à votre tour de nous inspirer, tandis qu’on suit de près vos mouvements. Nous avons manifesté devant l’ambassade américaine du Caire pour protester contre l’expulsion violente de la place Oscar Grant à Oakland. Nos luttes communes sont notre force. S’ils écrasent notre résistance, le 1% gagnera: au Caire, à New York, à Londres, à Rome, partout. Mais tant que la révolution se poursuit, notre imagination n’a aucune limite. Nous pouvons toujours créer un monde qui vaille la peine d’y vivre.

Vous pouvez nous aider à défendre notre révolution.

Le G8, la Banque Mondiale et les états du Golfe veulent accorder au régime 35 milliards de nouveaux crédits. Les Etats-Unis donnent à l’armée égyptienne 1,3 milliards chaque année. Les gouvernements du monde entier prolongent leur alliance passée avec les gouvernants militaires de l’Egypte, et continuent à les soutenir. Les balles qu’ils utilisent pour nous tuer sont fabriquées aux Etats-Unis. Le gaz lacrymogène qui brûle d’Oakland jusqu’en Palestine est fabriqué dans le Wyoming. La première visite de David Cameron à l’Egypte post-révolutionnaire avait pour but de signer un contrat d’armement. Il y a encore beaucoup d’autres exemples de cette coopération. Les vies, les libertés et le futur des peuples ne doivent plus être manipulés pour servir des intérêts stratégiques. Nous devons nous unir contre les gouvernements qui n’ont pas à coeur les intérêts de leurs peuples.

Nous vous appelons à réaliser des actions de solidarité pour nous aider à résister à cette offensive gouvernementale.

Nous proposons de lancer un Journée Internationale pour la Défense de la Révolution Egyptienne le 12 novembre, derrière le mot d’ordre « Défendons la révolution égyptienne, mettons fin aux procès militaires ! »

Des exemples d’évènements qui peuvent être organisés:

  • Des actions ciblant les ambassades et les consulats égyptiens et demandant la libération des prisonniers et des prisonnières condamné-e-s par les tribunaux militaires. Si Alaa est libéré, nous demandons la libération des milliers d’autres prisonniers et prisonnières.
  • Des actions ciblant votre gouvernement afin de le pousser à ne plus soutenir la junte militaire égyptienne.
  • Revendiquer la libération des civils condamné-e-s par les tribunaux militaires. Si Alaa est libéré, des milliers d’autres doivent l’être aussi.
  • Réaliser des documentaires à propos de la répression à laquelle nous faisons face (les procès militaires, le massacre de Maspero, …). Contactez-nous pour des liens.
  • Des conférences vidéos avec des militant-e-s égyptien-ne-s.
  • N’importe quoi qui montre votre soutien, et qui montre aux égyptien-ne-s qu’illes sont soutenu-e-s ailleurs.

Si vous souhaitez organisez ou que vous organisez quelque chose, contactez nous à defendtherevolution at gmail point com.  Nous apprécierons aussi de recevoir photos et vidéos de vos évènements.

La campagne pour mettre fin aux procès militaire des civils
La campagne « Free Alaa« 
Mosireen
Des camarades du Caire

[mise à jour (16/11/11)] Je viens de découvrir que le site Égypte Solidarité a réalisé (à peu près au même moment) une autre traduction du même texte: Pas de procès militaire pour les citoyens – Appel à défendre la révolution égyptienne .  Ce sont des choses qui arrivent, mais c’est toujours frustrant de savoir qu’on a été plusieurs à bosser sur la même chose en même temps 🙂



Leave a Reply

  •